Dans le cadre de la procédure habituelle du don de sang, des données à caractère personnel vous concernant (âge, sexe, résultats de la qualification biologique de vos dons, etc.), ainsi que des échantillons sont collectés. 
Ces données peuvent être intéressantes pour être utilisées dans des recherches.
 

Projets de recherche en cours

Quelles sont les recherches menées à l’EFS ? 

L’Etablissement français du sang mène pour l’essentiel des recherches centrées sur les activités de transfusion : des recherches en laboratoire sur les cellules sanguines, des recherches cliniques en transfusion, l’expertise de l’interface immunologique entre donneur et receveur, le développement de nouvelles technologies de dépistage et de prévention des risques microbiologiques, etc.
Ces recherches sont conduites par l’EFS, en lien parfois avec d’autres partenaires académiques (Universités, CHU, grands organismes de recherche comme l’INSERM, l’Institut Pasteur, l’ANSM, etc.) ou industriels.
 

Projets de recherche menés sur le COVID-19 

Dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, l’EFS contribue à l’effort de recherche et participe à plusieurs études sur le COVID-19, afin de mieux comprendre la maladie.

Ces projets s’inscrivent dans les grandes thématiques scientifiques et biomédicales suivantes :

  • Projets de recherche en épidémiologie ;
  • Projet de recherche en sciences humaines et sociales ;
  • Projets de recherche fondamentale ;
  • Projets de recherche à visée diagnostique ou thérapeutique.

 

Etudes de séroprévalence 

L’EFS s’est engagé, dans des études de séroprévalence qui permettront de suivre l'immunité collective contre le COVID-19, avec l’Institut Pasteur, et l’Unité Mixte de Recherche IRD UVE 190 (Unité des virus émergents) dont font partie l’EFS et l’Université de Marseille. En recherchant la présence d’anticorps contre le virus dans un échantillon représentatif des donneurs de sang venant faire un don pendant une période précise, il sera possible d’obtenir une image de l’évolution du coronavirus en France. Ce projet est financé par l’ANR Flash Covid-19.

Objectifs : Estimer la séroprévalence de l’infection COVID-19 chez les donneurs de sang (18 à 70 ans) en France et plus précisément :

  • évaluer le nombre de personnes ayant été exposées au COVID-19, en recherchant la présence d’anticorps contre le virus dans un échantillon représentatif des donneurs de sang.
  • modéliser la propagation du virus en France et déterminer l’immunité collective contre le COVID-19

 

Les analyses seront réalisées sur des échantillons pris de manière aléatoire dans les laboratoires de l’EFS et il n’est pas prévu que les résultats individuels soient communiqués aux donneurs. Il s’agira de résultats de recherche et non de résultats diagnostic. Par contre, les résultats globaux de la recherche seront mis à disposition des donneurs via le site de l’EFS, lorsque l’étude sera terminée et les résultats disponibles.


PlasmACoV2

L’EFS a débuté mardi 7 avril, le prélèvement de plasma de convalescents c’est à dire de donneurs ayant eu le COVID19, dans le cadre d’une étude intitulée PlasmACoV2. 
Cette étude va notamment caractériser les produits en réalisant le titrage des anticorps neutralisant, anti SARS-CoV-2 et en évaluant le potentiel inflammatoire du plasma.

En fonction des résultats de cette étude, des produits ont été sélectionnés pour évaluer leur efficacité contre la maladie chez des patients hospitalisés atteints du COVID19. Cet essai, piloté par l’APHP est intitulé CORIPLASM.


COV-IA

Cette étude ancillaire de PlasmACoV2 est menée par l’EFS Grand Est. L’objectif de cette étude est d’évaluer l’impact du procédé d’inactivation des pathogènes sur les anticorps neutralisants anti SARS-CoV-2 contenus dans le plasma de convalescent.

CORIPLASM

Promu par l’AP-HP avec la participation de l’EFS et le soutien de l’Inserm (REACTing) et de la FRM, l’essai CORIPLASM consiste en la transfusion de plasma de patients guéris du Covid-19 issus de l’étude PlasmACoV2, contenant des anticorps dirigés contre le virus. L’hypothèse de l’essai est d’évaluer un transfert d’immunité à un patient souffrant du Covid-19. L’étude PlasmACoV2 montre que le plasma des personnes guéries du Covid-19 contient en effet ces anticorps que leur organisme a développés vis-à-vis du SARS-CoV-2. Ces anticorps pourraient aider les patients en phase aiguë de la maladie à lutter contre le virus.

Dans le cadre de ces études, l'EFS ne recherche pas de volontaires parmi le grand public : les donneurs convalescents seront directement mis en relation avec l’EFS par les professionnels de santé, ou contactés directement par l’Etablissement.
Si les résultats de cette étude clinique s’avéraient concluants, une démarche sera alors engagée par l’Etablissement pour solliciter les donneurs potentiels parmi les personnes convalescentes en France. Nous vous indiquerons alors, sur notre site et nos réseaux sociaux, la démarche à suivre.

Cohorte de suivi des patients transfusés avec du plasma de convalescent et base européenne Covid-19

Les données collectées dans le cadre des recherches PlasmACoV2 et CORIPLASM ainsi que dans le cadre du PUT vont contribuer notamment à :

  • Une cohorte de suivi des patients transfusés avec des plasmas de donneurs convalescents ;
  • Une base de données mise en œuvre par la direction en charge de la santé au sein de la Commission européenne. Cette base de données a pour objectif de rassembler les données (sur les dons de plasmas convalescents et sur les résultats cliniques des patients transfusés avec ce type de plasma), de différents pays européens, afin de contribuer à la lutte contre le COVID-19.

Les données personnelles des donneurs ou des patients transfusés que l’EFS sera ainsi amené à transférer seront codées pour l’EFS, et anonymes dans le cadre des accès à la base de données. Vos Nom et Prénom ne seront en aucun cas transmis.

Pour plus d’informations sur cette base, consultez le site : https://ec.europa.eu/health/blood_tissues_organs/covid-19

 

Groupes sanguins et covid-19 : projets COVIDABO et ABOCOVID

COVIDABO est une étude ancillaire à l’essai CORIPLASM, menée à l’EFS par les Pr France Pirenne (UMR 955) et Jacques Chiaroni (UMR 7268) en collaboration avec l’Université Aix Marseille, l‘Université Paris Est, le Centre National de référence des groupes sanguins (CNRGS) et l’AP-HP.

L’objectif de cette étude est d’explorer l’association de l’immunité naturelle anti-A  et du sous-groupe sécrétoire au sein des A, vis-à-vis de la susceptibilité au COVID 19 en évaluant (i) la répartition des sujets A dits sécréteurs chez les patients de groupe A et AB et (ii) les titres des anticorps naturels anti-A au sein des patients O et B.

Les patients inclus dans CORIPLASM représenteront une des populations étudiées dans le cadre du projet COVIDABO, avec un suivi spécifique du titre des anti-A pour les patients O et B CORIPLASM , avant et après le traitement, en parallèle avec la dose d’anti-A présente dans les plasmas transfusés. 

ABOCOVID est une étude menée à l’EFS par le Pr France Pirenne et les Hôpitaux Universitaires Henri Mondor. Son objectif est d’analyser l’association entre les groupes sanguins A et AB (c’est à dire sans anti-A) et la susceptibilité au Covid-19 sévère en comparant la distribution des groupes sanguins ABO entre des cas de Covid-19 (patients hospitalisés pour cas de Covid-19 dans les Hôpitaux Universitaires Henri Mondor) et des témoins (donneurs de sang sans antécédent de Covid-19)..

 

Approche socio-anthropologique des conduites sanitaires requises en contexte d’épidémie de COVID19 : appropriation sociale des préventions « ordinaires » et conduites des donneurs de sang

Menée par le Pr Jacques Chiaroni (UMR 7268 dans lequel l’EFS est impliqué) et financé par l’ANR Flash Covid-19, ce projet vise à étudier l’impact des mesures sanitaires sur le comportement des donneurs de sang et l’approvisionnement en produits sanguins en utilisant des approches quantitatives et qualitatives via 3 enquêtes distinctes mais coordonnées qui visent à :

  • lister « in vivo » les motifs des donneurs ;
  • recueillir et analyser les modalités globales d’appropriation des préconisations sanitaires ;
  • recueillir et analyser les motifs à l’origine du don en situation d’épidémie.

Les résultats attendus sont de :

  • Comprendre les conduites réelles de prévention des populations et les risques éventuels liés aux appropriations populaires des directives sanitaires
  • Améliorer l’implémentation des conduites « saines » en tenant comptes des spécificités des situations socio-économiques, culturelles, émotionnelles et affectives des populations.
  • Améliorer le don de sang et de produits sanguin dans des situations cruciales « à risque » de pénurie.
  • Proposer des éléments de réflexions quant à la construction des éléments de langage et actions de communication accompagnant la décision et mise en place des mesures préventives.


Projet HARMONICOV

Ce projet, coordonné par le Pr Michel Cogné (Rennes) est financé par l’ANR Flash COVID-19. Il implique l’EFS Bretagne avec l’équipe de recherche du Pr Karine Tarte (UMR U 1236), la plateforme SITI (Suivi Immunologique des Thérapeutiques Innovantes) et la plateforme de biotechnologies innovantes (PFBI) ainsi que le CHU de Rennes.

L’objectif est de caractériser la cinétique de la réponse immunitaire et la dérégulation immunitaire des patients atteints de syndrome de détresse respiratoire aiguë ainsi que le répertoire immunitaire Ig.

Projet Coro-TRI

Ce projet coordonné par le CHU de Montpellier est financé par un PHRC inter-régional. Il est mené par l’équipe du Pr Philippe Van de Perre et Chantal Fournier-Wirth à Montpellier (UMR U 1058 dans lequel l’EFS est impliqué) en collaboration avec les CHU de Montpellier et Nîmes et le FHU Inch.

Ce projet consiste à l’identification et la validation de biomarqueurs prédictifs d’une évolution respiratoire péjorative associés au dépistage positif d’une infection Covid-19. L’objectif est de disposer d’outils de diagnostic complémentaires au dépistage par PCR, sous la forme de biomarqueurs prédictifs d’évolution clinique, afin de trier en période épidémique les patients nécessitant une surveillance et une prise en charge hospitalière intensives de ceux dont le suivi peut être organisé à domicile.

Projet GENIUSVAC-COV

Ce projet, en phase préclinique, mené par Laurence Chaperot (INSERM U 1209, CNRS 1253 EFS) est financé par l’EFS. Il associe la plateforme EFS de production de médicaments de thérapie innovante de St Ismier.
Son objectif est d’utiliser la stratégie vaccinale GeniusVac pour développer des lymphocytes T CD8+ cytotoxiques afin d’aide au contrôle de l’infection par SARS-CoV2. Cette technologie brevetée par l’EFS a déjà fait l’objet de preuves de concept dans le domaine du cancer (mélanome) et des virus.

Projet Covi-TRaC

Ce projet mené par Marina Deschamps et Christophe Ferrand (EFS BFC – INSERM_UMR1098 – RIGHT – UFC) vise à générer des lymphocytes T exprimant un récepteur de cellule T transgénique dirigé contre le virus SARS-COV-2 en vue d’une immunothérapie cellulaire pour des patients immunodéprimés. Ce projet financé par l’EFS est actuellement en phase préclinique.

Votre participation

Comment participer à ces recherches ? 

Si vous accepter de participer à ces études, vous pouvez exprimer votre accord auprès du professionnel réalisant l’entretien pré don et sur papier, en cochant, sur le formulaire de consentement au don, la case : 
« J’autorise l’EFS à utiliser mon sang dans les conditions définies dans le document pré-don :
•    A des fins de recherche ; 
•    A des fins d’enseignement ; 
•    Pour la préparation de réactifs sanguins à des fins d’analyses de laboratoire. » 

Qu’implique votre participation à ces recherches et quels sont vos droits ?

Votre participation implique votre accord à ce que vos données à caractère personnel et vos échantillons (collectés lors du don) soient utilisés également pour des recherches, ainsi que votre accord à être contacté par l’EFS pour participer à des études sur le COVID-19 . 

Votre participation n’implique aucun nouveau recueil de données ou d’échantillons ; si tel était le cas, une fiche d’information spécifique à ces recherches vous serait distribuée. 

Votre participation ne conduira pas à la communication de résultats individuels sur ces recherches. 

En revanche, les recherches menées à partir de vos données, et les résultats globaux de ces recherches, seront présentés sur le site internet de l’EFS.
Si vous ne souhaitez pas participer à ces études, il vous suffit de ne pas cocher la case sur le formulaire de consentement. Cette non-participation n’aura bien évidemment aucune conséquence sur votre accueil et votre suivi dans le cadre du don de sang. 

Comment seront traitées mes données ? 

Dans le cadre des études présentées ci-dessus, vos données personnelles utilisées pour les recherches seront indirectement identifiantes (pseudonymisées) afin d’en respecter la confidentialité. 
Le personnel impliqué dans ces études est soumis au secret professionnel, tout comme le professionnel réalisant l’entretien pré-don.

Dans la continuité de l’effort européen dans le domaine de la recherche, vos données sont susceptibles de faire l’objet d’un transfert au sein de l’Union européenne. Il s’agira strictement de données indirectement identifiantes (pseudonymisées). De même, dans ce même objectif, vos données pourront également, toujours sous forme pseudonymisées, être transmises aux autorités de santé françaises.

La durée de conservation des données analysées pour les études est de 2 ans après la dernière publication des résultats de ces études. Les traitements mis en œuvre sont nécessaires pour des motifs d’intérêt public dans le domaine de la santé publique (article 9.2.i. du RGPD) et reposent sur l’exécution des missions dévolues par la loi à l’EFS (article 6.1 e. du RGPD).

Comment exercer mes droits sur ces données ?

Conformément aux dispositions de la loi relative à l’Informatique aux fichiers et aux libertés (loi du 6 janvier 1978 modifiée) et au règlement général sur la protection des données (RGPD) vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement et d’opposition des données personnelles vous concernant.
Si vous ne souhaitez plus que vos données soient réorientées pour la recherche, vous avez le droit de retirer votre accord à tout moment, sans qu’il soit nécessaire de le justifier et sans que cela ne vous cause aucun préjudice. 

Pour ce faire, il vous suffit de ne plus cocher la case sur le formulaire de consentement et toutes les nouvelles données colligées après cette date ne seront pas utilisées pour la recherche. Pour les données colligées jusqu’à la date de votre retrait, elles seront analysées dans le respect de la confidentialité par les professionnels de santé impliqués dans les études. 

Pour exercer vos droits, vous pouvez envoyer un courrier à l’adresse suivante : EFS, 20 Avenue du Stade de France 93218, La Plaine Saint-Denis Cedex ou par mail à l’adresse : efs.dpo@efs.sante.fr 

En cas de problème vous pouvez aussi introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL).