L’EFS Bourgogne Franche-Comté, dont le siège se situe à Besançon compte 8 sites de prélèvement accueillant des donneurs : Auxerre, Belfort, Besançon, Chalon-sur-Saône, Dijon, Mâcon, Nevers et Sens. En marge de ses activités de transfusion sanguine, l’EFS Bourgogne Franche-Comté s’implique également dans d’autres activités comme le soin, l’ingénierie cellulaire, la biologie médicale, la banque de tissus et de sang placentaire, la recherche et l’enseignement et la production de médicaments de thérapie innovante.

Pour mener à bien toutes ses activités, l’Etablissement s’appuie sur un système formalisé de management et d’organisation certifié ISO 9001 : 2000.

Chaque année, grâce à ses 530 salariés, l’EFS Bourgogne Franche-Comté participe aux soins de près de 26 000 malades et blessés et enregistre en collaboration avec les 230 associations de donneurs de sang bénévoles près de :

  • 130 000 à 150 000 dons collectés en fonction des besoins des malades

  • 90 000 donneurs actifs
  • 2 000 collectes mobiles par an et 8 sites fixes de prélèvements
  • 600 lieux de collectes

L’EFS Bourgogne Franche-Comté en quelques chiffres 

  • 1 siège régional à Besançon
  • 8 sites de prélèvements : Besançon et Belfort en Franche-Comté, Dijon, Chalon-sur-Saône, Mâcon, Auxerre, Sens et Nevers en Bourgogne
  • 2 centres de soins (Besançon et Dijon)
  • 1 plateau de préparation des produits sanguins labiles
  • 1 laboratoire ayant une activité d’immuno-hématologie répartie sur 7 sites et une activité d'immuno-génétique sur le site de Dijon
  • 1 laboratoire de biologie médicale
  • 1 laboratoire de recherche, Unité Mixte de Recherche INSERM
  • 1 plateforme de production de médicament de thérapie innovante
  • 1 unité d’ingénierie cellulaire et tissulaire
  • 1 banque de tissus
  • la banque de sang placentaire Grand Est
  • la biothèque transfusionnelle Grand Est
  • 1 centre de ressources biologiques
     
La direction
Directeur : Dr Pascal Morel
Directeur adjoint : Dr Mohamed Slimane
Secrétaire général : Nicolas Merlière

Les partenariats en région

En 2016, on recense dans la région 260 associations de donneurs de sang bénévoles très actives. Ce sont ces partenariats, notamment ceux noués avec les entreprises, les mairies, et toutes les instances qui participent à la promotion du don, qui font de l’EFS Bourgogne Franche-Comté une région efficiente en matière de prélèvement. Cette mobilisation permet de distribuer près d’un quart des prélèvements à des régions en déficit de produits sanguins. Par ailleurs, l’environnement des établissements de santé, comme les CHU de Dijon et de Besançon, permet un dynamisme accru de l’ensemble des activités menées à l’EFS.

Les activités de la région

L’EFS Bourgogne Franche-Comté mène plusieurs activités : activités liées à la chaîne transfusionnelle, biologie médicale, ingénierie cellulaire et tissulaire, recherche, médicaments de thérapie innovante, centre de soins, biothèque pour le grand est de la France, etc.

Le laboratoire de biologie médicale et de greffe

Le LBMG situé à Besançon regroupe 5 disciplines biologiques : cytologie hématologique, hémostase, immunologie cellulaire et humorale, onco-hématologie moléculaire, et immunogénétique. 
Ces activités de biologie médicale sont tournées principalement vers le diagnostic et le suivi des hémopathies malignes, ainsi que la prise en charge des patients en attente de greffe d’organe et de moelle osseuse.
Le laboratoire d’hémostase réalise quant à lui les examens de dépistage et de suivi des troubles congénitaux ou acquis de la coagulation, tant sur le versant hémorragique que thrombotique.
 
Le laboratoire est accrédité 15189 - n° 8-3657, selon la portée disponible sur www.cofrac.fr.
 

Le laboratoire d'immuno-hématologie érythrocytaire et d'immuno-génétique
Le laboratoire IHE Bourgogne Franche-Comté regroupe ceux des sites d'Auxerre, Belfort, Besançon, Chalon sur Saône, Dijon, Nevers et Sens.

1 - L’activité d’immuno-hématologie érythrocytaire (IHE) :

Cette activité est présente sur sept sites de l’EFS Bourgogne - Franche Comté :
Auxerre, Belfort, Besançon, Chalon sur Saône, Dijon, Nevers et Sens.
 
Ces laboratoires réalisent les examens nécessaires à la sécurité transfusionnelle, au suivi des immunisations foeto-maternelles et au diagnostic des états d’hyperhémolyse : groupages sanguins ABO RH1, phénotypes RH KEL1, phénotypes étendus, dépistage et identification d’anticorps irréguliers anti-érythrocytaires, épreuve de compatibilité, test direct à l’antiglobuline, élution, évaluation des titres d’anticorps, test de Kleihauer dans le cadre de la prévention d’une allo immunisation chez la mère RH1 négatif.
 
Dans un contexte transfusionnel ou de suivi immuno-hématologique des femmes enceintes, afin de garantir la sécurité transfusionnelle, ces examens sont effectués 24h/24 en lien étroit avec nos services de délivrance des produits sanguins labiles, permettant ainsi de limiter les interfaces et d’anticiper les difficultés liées aux allo-immunisations et/ou aux phénotypes rares.

 2 - L’activité d’immuno-génétique (IG) :

Cette activité est présente sur un site : Dijon.
 
Ce laboratoire réalise les examens nécessaires en pré et post –greffe d’organes et de tissus et à l’étude des prédispositions génétiques à certaines maladies : typages HLA de classe I et de classe II, dépistage d’anticorps anti HLA de classe I et II, crossmatch, examens complémentaires spécialisés.
 
Dans notre manuel de prélèvement téléchargeable ci-dessous, vous trouverez les coordonnées de vos contacts par activité, ainsi que l’annuaire des examens, les exigences pré-analytiques et les engagements de notre laboratoire. Vous trouverez également les modèles de nos demandes d’examens (prescriptions), pochettes disponibles sur demande au laboratoire du site concerné, ainsi qu’un formulaire qui vous sera utile pour nous signaler une éventuelle réclamation.
 
Accréditation Cofrac Examens médicaux, n°8-2617, liste des sites et portée disponibles sous www.cofrac.fr.
Les produits de thérapie cellulaire et tissulaire
Discipline charnière de l’EFS, initiée et développée grâce à la maitrise des techniques de médecine transfusionnelle, l’ingénierie cellulaire et tissulaire (ICT):
  • prépare, qualifie et conserve les tissus (cornées, valves, artères, os massifs) et cellules selon un processus qualitatif très encadré,
  • prépare, qualifie et conserve des greffons de sang placentaire (sang de cordon) inscrits sur le registre France Greffe de Moelle, 
  • distribue sur-mesure les cellules et tissus conservés aux établissements de soins pour la greffe des malades,
  • participe activement aux activités de recherche pour l’immunologie de la greffe et du cancer en développant les médicaments cellulaires de demain.
L’EFS Bourgogne - Franche-Comté gère la première banque de sang placentaire de France avec plus de 8000 greffons, soit plus de 25 % des greffons du territoire.
Les médicaments de thérapie innovante
L’EFS Bourgogne - Franche-Comté a inauguré en novembre 2015, sa 1ère plateforme de production de médicaments de thérapie innovante (MTI).
Cette nouvelle structure, dirigée par le docteur Fabienne Pouthier, fait aujourd’hui partie des 5 plateformes de l’EFS aux côtés de Nantes, Grenoble, Toulouse et Créteil. 
 
L’EFS Bourgogne - Franche-Comté offre un terrain privilégié pour produire les MTI issus de l’ensemble des recherches menées. Il se distingue, en effet, par son expertise dans la manipulation des cellules sanguines depuis plusieurs décennies.
Les travaux des équipes de recherche de l’EFS, au sein de l’UMR 1098, portent depuis de nombreuses années sur la compréhension des mécanismes immunitaires et leurs dérèglements, qui expliquent la survenue de ces maladies graves. De l’identification des dysfonctionnements sont nées des perspectives thérapeutiques qui touchent aujourd’hui trois grands domaines.

3 domaines de MTI en Bourgogne Franche-Comté

Le premier, chronologiquement, est celui du contrôle de l’effet des lymphocytes T du donneur dans l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques, utilisées pour le traitement des leucémies. Ces lymphocytes ont un effet positif pour le traitement du malade, mais a contrario peuvent se retourner contre lui et être à l’origine d’une complication mortelle de la greffe. En incluant un gène suicide dans les lymphocytes utilisés lors de la greffe, il est possible de les détruire spécifiquement si toutefois la réaction redoutée se produisait. 
Le deuxième domaine est le traitement du cancer. Des travaux ont été entrepris sur la capacité de reprogrammer des lymphocytes T, dont le rôle est crucial dans la défense immunitaire. Il s’agit alors de prélever électivement ces lymphocytes chez des malades ou des donneurs compatibles, les modifier dans un environnement aseptique en classe B et les réintroduire chez le malade pour qu’ils aillent spécifiquement éradiquer les cellules tumorales, en complément des thérapeutiques traditionnelles (chimiothérapie, radiothérapie et chirurgie). 
 
Le troisième domaine est celui de l’inflammation. Il repose sur les propriétés anti-inflammatoires de certaines cellules, notamment les cellules « apoptotiques » ou les cellules myéloïdes suppressives, pour obtenir un effet de tolérance et supprimer le caractère inflammatoire lié à la maladie.
 
 
La recherche
L’Etablissement français du sang Bourgogne - Franche-Comté est associé à l’INSERM, et l’université de Franche-Comté, dans l’unité mixte de recherche (UMR) 1098 « Interaction hôte-greffon-tumeur – ingénierie cellulaire et génique ».
 
C’est une unité mixte de recherche constituée de 2 équipes, une dédiée à la recherche en transplantation et transfusion, l’autre en cancérologie et thérapies innovantes. L’objectif principal de cette UMR est de développer de nouvelles approches de traitement basées sur la thérapie cellulaire et génique (c'est-à-dire, l’utilisation de cellules pour générer un effet thérapeutique) et la modulation du système immunitaire (c'est-à-dire, la possibilité d’augmenter l’activité du système immunitaire pour éliminer une tumeur ou la possibilité d’empêcher le système immunitaire de rejeter un greffon). Elle a développé des plateformes technologiques pour faciliter le transfert de la recherche du laboratoire vers la clinique (c'est-à-dire, vers le traitement du patient) : un laboratoire de transfert en ingénierie et biologie cutanée ayant pour objectif de développer des substituts, une plateforme de transfert en thérapie cellulaire et génique dont le but est de développer des nouvelles approches thérapeutiques dans le domaine de la thérapie cellulaire et génique, et une plateforme réalisant le suivi des patients traités par de nouvelles thérapies. Ces axes de recherche bénéficient du partenariat indispensable du CHRU de Besançon. Outre l’implication des chercheurs du CHRU dans les projets, l’UMR1098 est en relations étroites avec le Centre d’Investigation Clinique (CIC) du CHU de Besançon qui participe au recrutement et au suivi clinique des patients impliqués dans les différentes études. 
 
L’activité recherche s’appuie sur l’ingénierie cellulaire et tissulaire pour ces essais cliniques, notamment sur le traitement du cancer du côlon ou la polyarthrite rhumatoïde.
En connexion permanente avec d’autres équipes de recherche, elle est à l’origine de la création d’un laboratoire d’excellence (LipSTIC), coordonne divers programmes hospitaliers de recherche clinique (vaccination anticancer, conservation des globules rouges) et participe à la Fédération hospitalo-universitaire (INCREASE) sur les maladies inflammatoires.
 
Une recherche, tournée vers la thérapeutique, bénéficiant aux soins et à l’enseignement par :
  • Un environnement favorisé par les autres activités de l’EFS permettant une rapidité d’exécution des protocoles de recherche
  • Une plateforme de biomonitoring réalisant le suivi des patients traités par de nouvelles thérapies
  • Une recherche transversale entre l’Université, l’INSERM et les CHU de la région
  • Une participation au centre d’investigation clinique
L’UMR1098 est hébergée par l’Etablissement français du sang Bourgogne - Franche-Comté dans le site des Hauts-de-Chazal, à Besançon.
La biothèque
Depuis septembre 2015, la biothèque de Dijon est appelée biothèque du Grand Est France, suite au vaste projet national de regroupement des 14 biothèques sur 4 plateaux métropolitains : Dijon, Lille, Montpellier et Bordeaux.
Grâce à l’évolution technologique, la réalisation de travaux d’aménagement, l’acquisition de nouveaux matériels permettant de répondre à une activité décuplée et à l’investissement des équipes, la biothèque de l’EFS Bourgogne - Franche-Comté réceptionne les échantillons de tout le Grand Est de la France : Rhône-Alpes, Alsace, Lorraine, Bourgogne - Franche-Comté.
Depuis plus de 15 ans, la biothèque de Dijon s’est engagée dans une gestion qualitative des échantillons biologiques. Elle a su prouver son dynamisme à travers son implication dans d’importants projets nationaux, tels que le « Cohorte CKD-Rein »* ou la récente « Étude Elfe » pour laquelle elle conserve une grande collection d’échantillons prélevés sur des nouveau-nés. 
 
* Echantillons de sang prélevés sur des patients insuffisants rénaux chroniques destinés à l’étude et au développement de nouvelles thérapies.
Projet MiMéDi : les microtechniques au service des médicaments innovants

MiMédi, projet innovant réunissant microtechniques et ingénierie cellulaire pour mettre à disposition des malades les traitements de demain des maladies graves.

Financé à hauteur de 13,5 million d’€, le projet MiMédI, acronyme de Microtechniques pour les Médicaments Innovants,  a pour ambition de transformer la production fastidieuse des médicaments innovants (MTI)  grâce à l’expertise  des microtechniques historiquement ancrée dans la région Bourgogne Franche Comté.

Dans ce projet le site EFS de Besançon collabore avec 9 partenaires régionaux, industriels et académiques, afin de faire émerger, les innovations technologiques qui permettront d’ouvrir au plus grand nombre l’accès aux MTI, traitement de demain des maladies graves.

Les travaux de recherche en immunologie et oncologie portés par l’UMR1098 « Interactions Hôte-Greffon-Tumeur & Ingénierie Cellulaire et Génique » dirigée par Philippe Saas, alliés au savoir-faire du service d’activité d’ingénierie cellulaire et tissulaire dirigée par Fabienne Pouthier en matière de préparation de MTI font de l’EFS l’acteur central de ce consortium.

Ce projet financé pour 4 ans par le fond européen de développement régional à hauteur de 13 6114 727€ a pour objectif de faire émerger d’ici fin 2021 de nouvelles méthodes de production novatrices, automatisées, contrôlées, qui permettront de faciliter la production des MTI  et en réduire significativement les coûts.

Les partenaires du projet :

Partenaires_projet_MiMedi.png